Du psychologique à l’énergétique, soigner ses blessures pour se protéger.

18 septembre 2018 0 Par Kallisté
 

Partage d’un article publié par Virginie Lafon, praticienne en hypnose qhht (Quantum Healing Hypnosis Technique)

 

Beaucoup d’entre vous avez lusLes 5 blessures qui empêchent d’être soi-même, de Lise Bourbeau.

CVT_Les-cinq-blessures-qui-empechent-detre-soi-meme_6320

Cette auteure a permis de mieux faire connaitre ces blessures inconscientes que nous captons à notre arrivée sur Terre et que nous cultivons ensuite, inconsciemment, en grandissant.

Mais y en a-t-il vraiment 5 ? Et comment se manifestent-elles dans nos vies, concrètement ? A quoi cela sert-il de soigner ses blessures ? Et comment cela se répercute-t-il au niveau énergétique ?

Dans la pratique de l’Hypnose Humaniste qui est une forme de psychothérapie, on considère qu’il n’y pas 5 blessures inconscientes mais 7.

Dans ma pratique ainsi que dans mon expérience personnelle j’ai pu constater que c’était bien le cas.

Les 5 premières blessures les plus connues sont:

  • l’abandon
  • le rejet
  • la trahison
  • l’humiliation
  • l’injustice

Puis viennent les deux autres:

  • la blessure de non-reconnaissance
  • la blessure de maltraitance

Nous avons tous une blessure « principale » puis une voir deux autres mineures.

Cette blessure c’est celle qui vous torture quand vous vivez une situation qui la ravive. C’est celle qui vous prend aux tripes et est « plus forte que vous ». Elle vous met dans tous vos états et il devient très difficile de faire la différence entre une émotion « légitime » et une émotion qui, tellement puissante, est juste là pour vous tourmenter. Dans ces cas là votre blessure principale est un vrai fardeau et vous « pourrit » la vie.

La blessure principale est celle qui vous remet toujours dans cette situation désagréable dont vous n’arrivez pas à sortir. « Je ne comprends pas pourquoi je tombe toujours sur le même genre de partenaire qui me fait souffrir« , « Je ne comprends pas pourquoi lorsqu’on me dit telle chose je me met dans une colère noire« , « Je me sens toujours rejetée…« …

Pour d’autres personnes la blessure principale est moins présente. Ce sont ces personnes dont on a l’impression qu’elles ont tous réglé dans leur vie et qui sont apaisées. 🙂

Néanmoins, il y a toujours une blessure. Pour ces personnes-là, la blessure a été conscientisée et par le fait-même de l’avoir reconnue, elle peut être apaisée et maitrisée.

Nous souffrons tous d’abandon de manière inconsciente, car nous avons tous vécus le détachement d’avec notre mère lors de notre naissance. Rien que ça laisse une trace inconsciente.

Cela est plus ou moins fort selon les personnes mais cette blessure est « universelle ». Toutefois, ce n’est peut-être pas votre blessure principale.

Pour tenter de reconnaitre votre blessure principale il faut savoir qu’il y a 3 manières de la vivre:

1- la rejouer: vous vous retrouvez toujours dans cette situation où vous vous sentez abandonné. Inconsciemment, votre comportement incitera les gens autour de vous à partir. Et cela vous détruira en vous laissant un sentiment d’abandon, une blessure à vif.

2- la refouler: refouler sa blessure revient ici à vouloir l’éviter, la fuir. Refouler sa blessure d’abandon peut revenir à être une personne qui ne tisse aucun lien avec les autres, ne veut pas s’engager, et fuit très facilement. Cette personne ne veut pas revivre cette sensation d’abandon que l’autre pourrait lui faire revivre, et préfère donc s’infliger directement, à elle-même, la séparation d’avec l’autre.

3- la sublimer: Sublimer sa blessure revient à se servir de son point faible pour en faire une force. Les personnes qui subliment leur blessure d’abandon seront de très bonnes médiatrices, réconciliatrices…Elles auront à cœur de relier les gens qui s’aiment.

La blessure principale peut être une plaie à vif lorsqu’on ne s’en occupe pas, qu’on ne la reconnait pas.

Elle peut aussi être un magnifique moteur de votre vie. Car toute chose a son contraire. Une plaie à vif peut alors se transformer en motif de passion, et mener à des vocations.

Lise Bourbeau parle très bien des 5 blessures alors je n’y reviendrai pas.

La blessure de non-reconnaissance s’apparente souvent à la blessure de rejet. On ne se sent pas reconnue donc bien sur on se sent incompris, et donc mal-aimé, et donc rejeté. Mais cette blessure n’est pas que ça.

La non-reconnaissance implique que nous ne nous sentons pas (inconsciemment) reconnu pour ce que nous sommes, ce que nous faisons. Nous ne nous sentons pas aimé pour ce que nous sommes et incompris car ce que nous faisons pour montrer notre amour n’est pas reconnu. Nous ne nous sentons pas acceptés. Ainsi, l’échange et le partage n’a pas lieu.

Les personnes portant cette blessure cherchent les compliments, les encouragements et font ce qu’elles peuvent pour faire plaisir aux autres avant tout, certaines peuvent aussi avoir un égo important qui cherche la célébrité ou l’amour des autres (ces personnes qui font de la télé-réalité et qui tombent dans la dépression lorsqu’ils retrouvent l’anonymat).

Cette blessure se construit à l’enfance, lorsque l’enfant est brimé ou contraint dans ce qu’il veut faire. Il veut faire du dessin, mais son papa lui dit que le foot c’est mieux et qu’en plus, lui-même, il aurait tellement aimé faire du foot quand il était petit ! Ainsi l’enfant veut faire plaisir à son papa car il sait que son papa sera tellement content qu’il fasse du foot. Son gout pour le dessin est nié. Ainsi il se fabrique alors une identité qui correspond à la demande de son entourage, mais qui n’est pas la sienne.

Les adultes portant cette blessure peuvent se sentir perdus et se demander ce qu’ils veulent vraiment faire de leur vie car il ne savent pas ce qu’ils aiment vraiment ni qui ils sont vraiment à force de se fondre dans ce que les autres attendent d’eux.

  • Un adulte qui rejoue la blessure de non-reconnaissance fera tout ce qu’il peut pour s’adapter à son environnement et répondre à la demande extérieure. Comme ce ne sera pas vraiment ce que cet adulte souhaite au fond de son cœur, il se fatiguera, s’épuisera et pourra vivre une dépression, un burn-out autre « craquage » du genre. L’adulte peut avoir malheureusement recours à des drogues pour s’aider à supporter cette vie qui n’est pas vraiment la sienne. Il sera frustré de ne pas vivre ses rêves et empêchera ses enfants de vivre leurs rêves à eux en leur imposant les siens…
  • La blessure de non-reconnaissance refoulée permettra à la personne de suivre ses rêves et ses choix mais avec beaucoup de culpabilité, de doutes et un grand besoin d’encouragements qui feront souvent défaut. Lorsque les encouragements seront là, la personne portant cette blessure ne les reconnaitra pas et en demandera sans cesse tellement la peur de désobéir et de décevoir est forte. Il peut aussi se créer inconsciemment des situations d’échec qui confirmeront les prédictions, la non reconnaissance de l’entourage. Ainsi il pourra se mettre lui-même de côté, se rejeter lui-même en trainant sa douleur.
  • L’adulte qui sublime sa blessure s’épanouira dans une fonction qui aide les autres à trouver leur voie et vivre leurs rêves. Il sera un très bon coach, thérapeute, enseignant…et les retours positifs des gens, la reconnaissance, de ceux qu’il a aidé seront des trésors émouvants pour lui.
night_by_gaudibuendia-daibjha
Night by GaudiBuendia

« La blessure de maltraitance est la pire de toutes.

Frédéric porte en lui la blessure de maltraitance. Elle lui a été transmise par son père qui lui aussi, avait été maltraité lorsqu’il était enfant.

Frédéric vient me voir car il se rend compte que sa famille souffre à cause de lui. Il me dit qu’il ne peut pas s’empêcher de rentrer dans une colère noire quand il sent les personnes qu’il aime exprimer ce qu’il juge comme étant « de la faiblesse ».

Il me dit se sentir possédé par une sorte de démon furieux qui hurle, frappe…sans réfléchir.Sans pouvoir s’arrêter. Ce démon intérieur, c’est sa blessure.

Quand il était enfant, lui aussi a subi le démon intérieur de son père.

Petit garçon il était faible par rapport à son père.

Ce père qui, lui non plus, ne supportait pas la faiblesse, l’a battu « pour qu’il apprenne à devenir fort ».

Frédéric a fini par devenir fort et, pour ressentir cette force au quotidien, a été plus tard attiré par une femme qu’il pouvait dominer. Il est donc devenu « le plus fort et le plus puissant » dans l’espace de sa famille. Ce faisant, quand ses enfants sont nés et qu’il a vu en eux le miroir de ce que lui-même était enfant: leur « faiblesse », sa blessure a été ranimée. Elle a alors pris le contrôle de son identité véritable.

Comme son père, il est devenu violent, afin que ces enfants et sa femme deviennent forts…Tout cela, bien sur, de manière inconsciente. »1

Cet extrait montre bien le fonctionnement d’une blessure, la violence et la puissance qu’elle peut exercer sur nous.

Dans l’exemple ci-dessus, Frédéric refoule sa blessure de maltraitance. S’il la rejouait, il se serait mis dans une situation où il se ferait battre à nouveau, ou persécuter d’une autre manière.

Sublimer une blessure de maltraitance peut se traduire par œuvrer dans la protection des enfants battus, être avocat pour les familles, travailleur social, médiateur… Toutes fonctions qui aident à « sauver » les personnes vivant la maltraitance.

Mais pour sublimer sa blessure, le mieux est de la reconnaitre, d’en prendre conscience.

Nous arrivons sur Terre avec un programme. Nous avons choisi notre famille pour plusieurs raisons mais surtout pour ce que nous avons choisi de vivre et travailler sur Terre.

La blessure principale est une plaie à vif saignante et pleurante. Elle n’est pas une simple émotion difficile, liée à un évènement particulier de votre vie, elle est bien plus profonde. Elle vient de vos parents, qui eux même la tiennent de leurs parents.

En fait, la blessure principale se « transmet » de manière tout à fait inconsciente, par le parent du même sexe, qui lui même l’a reçu de son parent du même sexe.

Tant que cette blessure principale n’est pas reconnue et apaisée, elle sera transmise inconsciemment.

Il est alors vraiment important de travailler sur soi, de chercher à reconnaitre cette blessure pour ne pas reproduire les schémas et couper ces liens de souffrances psychiques inconscientes.

En quoi est-ce lié à l’énergétique ?

Cette blessure, c’est comme une faille en vous. Psychologiquement, physiquement, émotionnellement et du coup énergétiquement aussi puisque nous sommes énergies avant tout. Et dans une faille, peut s’engouffrer tout et n’importe quoi.

La blessure principale est un trou béant qui n’est qu’un manque d’amour. Cette blessure colore notre vie et plus elle est vive, plus elle dénote un manque d’amour profond.

Le manque d’amour est synonyme de peur, et plus le manque d’amour et grand, plus les peurs sont fortes et présentes. Et donc vous comprenez que plus les peurs sont fortes, plus nous attirons ce qui entre en résonance avec ces peurs.

corpsenergetiques

Nous avons plusieurs corps. Et lorsqu’il se passe quelque chose sur l’un de nos corps, tous sont impactés petit à petit. Alors imaginez ce que cela fait, cette blessure saignante, sur vos autres corps. Une faille qui atteint tous les autres corps. Et c’est une faille de taille !

conscient-inconscient
Ce qui nous blesse inconsciemment se répercute sur notre conscient et ensuite sur tous nos autres corps.

En séance d’Hypnose Régressive Quantique, il m’est arrivé de recevoir des personnes qui sont criblées de peurs. Les peurs ne font qu’attirer d’autres peurs, créent des blocages et attirent parfois même d’autres énergies parasites.

Cela peut se traduire par une personne qui sera encombrées d’entités attachées à elle. Car la peur que lui provoquent ces présences renforce leur présence ! C’est un cercle vicieux.

Cela se traduit aussi souvent par un manque de confiance en soi.

En séance d’Hypnose Régressive Quantique cela peut-être quelqu’un qui sous-estime les informations reçues car de toute façon, tout ce qui le concerne est moins intéressant que les autres… Ou bien, cela peut-être quelqu’un qui n’arrive pas accepter sa part d’imagination que l’on sollicite en séance, qui ne s’autorise pas à réussir.

La peur c’est tout l’inverse de la confiance, et la confiance c’est l’Amour.

Ce fameux Amour dont on entend tant parler dans les milieux spirituels.

C’est la Confiance en la vie et en soi-même.

Alors d’où vient ce manque de confiance ? d’un manque d’amour. Et le manque d’amour vient très souvent de la blessure principale.

Lorsqu’on prend conscience de sa blessure principale, on sent que ça résonne en nous. « C’est celle-là et pas une autre ». L’information monte au cerveau qui comprend et met des explications sur certaines de vos réactions, sur des évènements de votre vie.

Maintenant vous comprenez ces évènements, vous comprenez votre réaction…il ne vous reste plus qu’à accepter, à vous pardonner, et pardonner à votre entourage car il ne savait pas que c’était votre blessure principale et ne cherchaient certainement pas à vous blesser de cette manière.

D’ailleurs la plupart des gens n’ont pas conscience de leur blessure, alors comment pourraient-ils reconnaitre la votre ?

Cette ignorance cause des réactions du genre « je n’aime pas les gens« , « Tout le monde est c**« , « Je suis incompris« , « Je suis trop nulle pour ça, tout le monde me l’a dit alors je n’essaye même pas« … et autre phrase générique emplie de colère, de remords, de regrets et surtout de peurs !

Il y a plusieurs moyens de reconnaitre et de soigner sa blessure intérieure.

Même si vous pouvez le faire seul, il n’est pas toujours aisé de reconnaitre sa blessure car elle est tellement présente et profonde depuis vos toutes premières années et dans votre famille (car votre parent du même sexe ou peut-être même vos deux parents la portent), qu’elle fait partie du décor.

Aussi, votre inconscient étant là pour vous protéger, il n’a pas forcément envie de vous montrer votre blessure la plus douloureuse. Ainsi il est toujours mieux de solliciter l’aide d’un professionnel tel qu’un psychothérapeute ou un hypnothérapeute ou quelqu’un d’autre qui connait ce fonctionnement de la psyché.

Une fois conscientisée, cette blessure vous permet de vous reconnaitre, de vous connaitre et de vous comprendre, de vous accepter tel que vous êtes. Cela vous permet de reprendre le pouvoir sur vous-même et de vous accorder cet amour dont vous vous sentiez privé de manière inconsciente.

Cette blessure soignée, plus rien ne peut s’engouffrer, vous êtes en contrôle. Bien sur elle est toujours là, car la plaie était si béante qu’une cicatrice sera visible. Et comme je le disais plus haut, votre blessure colore toute votre vie, de vos réactions à votre humour jusqu’à à votre emploi.

Mais apaisée, elle n’a plus le même poids, elle ne fait plus autant mal et vous savez vous préserver de ce qui vous faisait souffrir. La faille est comblée.

Une fois la blessure soignée, les personnes qui répétaient un schéma sans en comprendre le sens, ne retombent plus jamais dans ce genre de situation. Les personnes qui tombaient toujours amoureuses de la mauvaise personne rencontrent enfin quelqu’un qui les respecte et qui les aime pour qui elles sont.

Au niveau spirituel, l’équilibre est retrouvé, la confiance est là, vous reprenez votre pouvoir, votre lumière.

Car apaiser ses blessures, c’est retrouver l’amour pour soi et pour les autres, c’est donc reconnaitre votre propre pouvoir, vos propres capacités. Vous autoriser à recevoir  le meilleur pour vous. Cela permet donc de vous protéger. Vos failles ne sont plus des appels d’airs pour les énergies lourdes dont vous n’avez pas besoin et qui vous empêchaient d’avancer sereinement.

De la blessure psychologique au rééquilibrage énergétique…

Avec toute mon affection,

Virginie.

1. Psychothérapie, Patricia d’Angeli, p. 85.

 

Références:

Plus d’informations sur mes séances: www.virginiehypnose.fr

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes:

  • qu’il ne soit pas coupé
  • qu’il n’y ait aucune modification du contenu
  • que vous fassiez référence aux sites https://virginiehypnose.blog
%d blogueurs aiment cette page :